0:14

Si les rites créent du groupe

0:18

et s'ils le font en rendant perceptible un sens invisible

0:23

pour que ce sens soit partagé au sein du groupe,

0:27

de quoi cette cérémonie est-elle le rite ?

0:31

Quel sens contient ce geste

0:33

de vous remettre en public une enveloppe

0:35

qui contient votre diplôme ?

0:39

Ce geste est à la fois un rite d'initiation et de passage.

0:44

Un rite d'initiation,

0:46

parce que votre diplôme vous incorpore à un groupe social particulier.

0:50

Vous êtes B-Law, M-Law, juriste ou presque.

0:56

Un rite d'émergence,

0:58

parce que ce diplôme vous fait passer un cap,

1:02

vous montez en grade, vous quittez l'université,

1:05

vous entrez un peu plus dans la vie.

1:08

Mais avec les mots d'usage,

1:11

bravo,

1:12

danke,

1:14

au revoir, viel Glück,

1:17

permettez que j'en prononce d'autres moins convenables en cette circonstance.

1:22

Hartung,

1:25

courage,

1:27

si vous saviez,

1:30

Sie armen.

1:36

En tant que juriste diplômé, vous allez sans doute avoir la confirmation

1:40

de ce dont vous avez déjà sans doute eu la perception,

1:43

l'impression, en tant qu'étudiante en droit.

1:46

Juriste,

1:48

on ne vous aime pas.

1:50

Niemand mag Sie.

1:53

On vous déteste et on vous méprise parfois.

1:58

Dites à quelqu'un que vous êtes juriste et il évoquera de mauvais souvenirs.

2:04

Du divorce avec sa troisième femme,

2:07

du procès à propos de la haine de son voisin

2:11

ou des projets contrariés par une autorisation refusée

2:15

ou accordée, mais seulement sur recours et à grands frais.

2:19

Non, juriste, le monde ne vous attend pas les bras ouverts

2:22

et les oreilles tendues pour recueillir vos services

2:25

et entendre vos oracles.

2:27

Au contraire, les gens vous verront souvent

2:30

comme des oiseaux de mauvais augure, le système,

2:34

comme les porteurs ou les porteuses d'une parole funeste, la loi,

2:40

comme les complices d'une réalité fâcheuse, la contrainte.

2:45

Souvenez-vous, soyez francs.

2:48

Dans la queue de la Mensa, à la sortie de Frisson,

2:52

quand à une personne à votre goût, vous annonciez être en droit,

2:58

la réponse n'était pas trop stylée, j'avoue.

3:02

Rires

3:04

So cruel to be so en sigma.

3:09

Ce n'est pas avec ça que vous avez pécho

3:12

un philosophe ou une physicienne.

3:15

Rires

3:16

Les couples que vous avez formés sont d'ailleurs certainement

3:21

plutôt endogames, c'est-à-dire issus du même groupe social.

3:25

Qui se souhaite en effet un ou une juriste ?

3:29

Un de ces êtres ternes, soumis,

3:32

dont les seules couleurs semblent être celles de leur Stabilo Boss.

3:35

Rires

3:37

Qui paraissent disposés et même prédisposés

3:41

à passer tout leur temps et toute leur jeunesse

3:44

à apprendre par cœur des principes abstraits et des règles antiques ?

3:49

Juriste,

3:51

eussiez-vous étudié n'importe quelle science naturelle ?

3:55

C'est-à-dire eussiez-vous étudié d'autres lois, des lois de la nature

3:59

et on aurait jugé que vous êtes utile au monde,

4:02

car on aurait espéré de vous des découvertes,

4:05

des innovations, du progrès.

4:07

Eussiez-vous étudié n'importe quelle science sociale ou humaine ?

4:12

Eussiez-vous donc aussi étudié des règles et des modèles,

4:14

mais implicites, et on aurait aussi loué votre rapport au monde,

4:18

en entendant de vous que vous identifiez ces règles et ces modèles

4:22

et que vous les abolissiez

4:24

comme autant d'injonctions absurdes ou de carcans à déconstruire ?

4:29

Haient-ils, au pire des cas, étudié un sujet rare

4:34

qu'ils n'aient pas pu exercer comme un boulot ?

4:37

Aucun d'entre vous n'aurait donc au moins

4:40

accepté l'avantage de la self-réalisation.

4:44

Seulement voilà, vous avez étudié des règles de droit,

4:49

des règles donc qui revendiquent ouvertement

4:51

de s'appliquer à tout un chacun

4:54

et aux besoins par la force.

4:58

Vous voilà donc spécialistes de règles

5:00

qui ne se surpassent pas pour s'émanciper,

5:04

comme les règles sociales,

5:05

et qui ne s'exploitent pas pour progresser,

5:08

comme les lois de la nature.

5:11

Pour nos contemporains, les règles de droit, les lois,

5:16

sont tout aussi mystérieuses

5:18

que celles de la physique quantique ou de la macroéconomie.

5:22

Mais ces lois ne leur inspirent pas le même respect.

5:25

Et pour cause, quatre dimanches par année,

5:27

c'est à elles, c'est à eux que revient,

5:29

en tant que citoyennes, citoyens,

5:32

de réfuter les vérités juridiques d'hier.

5:35

Autant dire que dans notre matière,

5:36

chacun, chacune est, en somme, un scientifique reconnu.

5:42

Donc vous, ni scientifique, ni artiste,

5:47

technicienne, artisane,

5:49

tout au plus dans un sens très figuré,

5:53

vous n'avez pas vocation juriste à découvrir le monde,

5:56

ni à le changer.

5:59

Mais c'est non moins fondamental

6:01

de faire que le monde reste monde.

6:04

C'est-à-dire de garder la planète ensemble.

6:07

Qu'il reste quelque chose d'uni, en latin, mundus,

6:11

ou d'ordonné, en grec, cosmos.

6:15

Pour autant, votre formation ne vous destine pas

6:17

à défendre le monde tel qu'il est,

6:19

contrairement à ce dont on vous accuse.

6:23

Mais oui, votre préoccupation est de raisonner,

6:26

d'orienter, de conditionner, de cranter,

6:29

et donc forcément, oui, parfois,

6:31

de ralentir l'évolution du monde.

6:35

En opposant la force du droit à la force du fait,

6:38

qu'il soit social ou naturel,

6:41

avec toute la violence et tout l'arbitraire

6:44

dont le fait est capable,

6:47

vous faites en sorte

6:51

que les actions des uns,

6:56

à défaut d'être justes,

6:58

soient au moins justifiées ou justiciables,

7:02

ou justifiables aux yeux des autres.

7:05

Car, c'est entendu, le droit n'est pas la justice.

7:09

Il en revendique le nom,

7:11

sur les frontons des palais où on l'applique,

7:13

il en revendique le nom sur l'entête des départements

7:16

et des directions où on pense son application,

7:19

mais ça n'est pas la justice, le droit.

7:22

Le droit, c'est tout au plus un substitut,

7:24

un succédané, un ersatz de justice.

7:27

C'est une technique de justification de nos actions

7:31

qui consiste à interposer du langage

7:33

et du débat entre ces actions lorsqu'elles sont en conflit,

7:38

pour déterminer qui doit avoir raison de l'autre.

7:41

C'est comme le mot « récht » dans l'expression « recht haben »,

7:45

le mot « right » dans « to be right ».

7:51

Autant dire que c'est la plus belle des techniques,

7:54

la plus précieuse des pratiques.

7:59

Mais, de toute façon, nous n'avons pas mieux

8:01

que cette œuvre commune millénaire,

8:04

que ce formidable effort collectif de quête de justice,

8:09

ce que nos contemporains oublient souvent désormais

8:12

lorsqu'ils récusent cette technique d'approche du juste

8:15

par le débat, par la raison,

8:18

pour lui préférer leur propre sentiment de justice

8:21

et la conviction de leur bon droit.

8:25

L'époque est toute à la justice,

8:27

mais par d'autres procédés que le droit.

8:29

Et donc, fatalement, elle est aussi très pronte au déni de justice

8:33

et même prête à l'injustice.

8:36

La quête de justice par la technique du droit

8:38

demande aujourd'hui tout à la fois trop de temps,

8:42

dans une époque vouée à la vitesse,

8:45

plutôt à l'immédiateté,

8:48

alors qu'être avocate, avocat, c'est dire, en cas d'accusation,

8:52

« Attendez une minute. »

8:54

Mais qu'il est difficile aujourd'hui de dire

8:56

« Attendez une minute », face à des accusations

8:59

dont notre époque attend légitimement des condamnations

9:03

qui étaient scandaleusement omises par le passé.

9:06

Mais sans devoir attendre,

9:09

ne serait-ce que « Just a second »,

9:14

trop de place à l'autre,

9:16

que ce soit l'autre partie qui doit être entendue,

9:18

et ça, c'est déjà trop demander,

9:20

ou l'ensemble des autres dont le droit fait cette figure

9:23

de la personne raisonnable placée dans les mêmes circonstances,

9:26

c'est-à-dire cette référence objective

9:30

à laquelle le droit, oui, mesure, juge nos actions,

9:34

nos perceptions individuelles.

9:36

Mais ce personnage est honni aujourd'hui,

9:40

banni d'un monde où chaque sujet de droit

9:43

se revendique comme irréductible aux autres,

9:46

dont il se veut certes légal, mais surtout pas le semblable.

9:52

Trop de respect pour le passé,

9:54

dont émanent tout à la fois les règles, les coutumes,

9:57

les pratiques, les précédents.

10:01

Alors, notre époque a raison, a bien des raisons

10:03

de vouloir rompre avec son passé,

10:05

de ne plus vouloir être gouverné par des morts,

10:08

surtout que ces morts n'étaient que des hommes.

10:11

Mais peut-elle, comme le baron de Münchhausen,

10:13

se tirer de la mare

10:16

en se tirant elle-même par les cheveux ?

10:20

Trop de soucis pour la nuance.

10:23

À une époque où on n'en a que pour les opinions

10:27

les plus simples, les plus courtes,

10:29

les plus frappantes, les plus tranchées,

10:32

par souci qu'elles soient les plus likées, retweetées, virales,

10:36

alors que la quête de justice n'est rien moins

10:39

qu'un synonyme de recherche de justesse.

10:43

Avec vos diplômes de juriste,

10:46

vous êtes des promettés dont souvent

10:49

on ne voudra pas du feu,

10:52

auxquels on reprochera le retard à l'allumage

10:54

ou le risque d'incendie quand on ne critiquera pas

10:57

sa chaleur trop tiède ou sa lumière trop faible.

11:01

Être juriste, comme vous l'êtes désormais,

11:04

c'est être le médecin du corps social

11:08

et n'avoir à lui proposer qu'un produit de substitution

11:12

pour le désintoxiquer de sa dépendance naturelle à la justice.

11:17

Le droit est une méthadone,

11:21

un antabuse et, assez littéralement, un groupe de parole.

11:26

Alors, oui, c'est un kiff moins fort,

11:29

c'est un shoot moins pur

11:33

que l'enivrement à son propre sentiment de justice,

11:38

comme celui qui consiste à se coller au bitume

11:40

pour les pesticides ou à y déverser du fumier

11:43

contre les pesticides ou l'inverse.

11:47

Mais le droit soigne,

11:50

il apaise, il répare, il protège, il compense

11:56

et, chez nous, en tout cas, il ne tue plus.

11:59

Sa méthode est lente, mais éprouvée.

12:02

Ses résultats sont incertains,

12:04

mais vérifiables et contestables avant d'être définitifs.

12:09

Ils tiennent à des raisonnements qui sont acceptables par tous

12:13

du fait même qu'il s'agit de raisonnements

12:16

et non pas de sentiments.

12:18

Juriste, vous l'êtes parce que vous avez appris,

12:22

parce que vous avez réussi à hisser

12:24

votre propre sentiment de justice

12:26

des quelques dizaines de centimètres

12:28

qui séparent vos tripes de vos ménages.

12:32

Et ça, c'est un effort colossal,

12:34

jamais achevé, toujours à recommencer,

12:37

et qu'il vous revient désormais de demander

12:40

et de faire faire aux autres,

12:42

ce qui est un effort plus colossal encore.

12:46

Alors, à votre place et à votre mesure,

12:48

quand ce sera trop dur,

12:49

souvenez-vous que le chemin qui a conduit Robert Baninter

12:53

au Panthéon,

12:54

ce fut d'abord des décennies

12:57

de cris, de mépris, de lazis, de crachats,

13:00

et même d'attentats

13:03

de la part de personnes qui, littéralement, criaient justice.

13:08

Donc, oui, cette cérémonie est bien un rite de passage.

13:14

Passage vers cet âge adulte qu'est l'état de juriste.

13:19

Car, oui, je l'affirme, juriste,

13:21

vous êtes les adultes du monde.

13:23

Vous êtes les adultes du monde.

13:26

Et c'est pour ça qu'on ne vous aime pas.

13:30

Adultes, parce que votre éducation vous a tirés de cette immaturité

13:36

que Freud appelait la toute-puissance infantile,

13:42

dans laquelle restent, préfèrent demeurer,

13:45

celles et ceux qui rejettent le droit

13:47

ou qui s'en méfient plus ou moins, mais de plus en plus,

13:50

parce que le droit signifie, parce que le droit leur signifie,

13:53

et ça, c'est un insupportable paternalisme ou maternalisme,

13:57

que non, ils n'ont pas forcément, immédiatement,

14:01

systématiquement, indéfiniment,

14:06

intrinsèquement raison.

14:10

Vous, adultes,

14:12

vous savez que c'est comme Drafan, ça dépend.

14:16

Vous, diplômés,

14:18

retenez que, de maintenant,

14:20

comme c'est le cas de vous,

14:22

désormais, ça dépend de vous.