UniFR

Martin Pâquet - Professeur d'Histoire à l'Université Laval de Québec

UNIFR Alma & Georges

Terre d'Amérique, une Amérique français (Gilbert), le Québec entretient un rapport singulier, sinon paradoxal, avec l'américanité et l'américanisation. D'emblée, vu son expérience historique, la société québécoise se considère américaine, soit dans le sens de son appartenance au continent et dans celui de sa cartographie mentale depuis la Nouvelle-France jusqu'à la période contemporaine. Toutefois, son rapport aux États-Unis - l'américanité étant ramenée ici à sa composante état-unienne - s'avère plus complexe: les échanges sociodémographiques (Roby), la proximité politique, l'intégration économique, l'hégémonie culturelle sont autant de variables qui influent sur les représentations québécoises de l'américanité et des effets de l'américanisation. De plus, comme pôle d'une francophonie aux multiples ramifications, la société québécoise conçoit aussi son rapport avec l'Amérique sous la perspective géographique d'une Franco-Amérique (Louder/Waddell), un territoire où l'appropriation s'effectue par l'établissement de références mémorielles, géo-historiques, voire socioculturelles. Quels sont les principaux aspects de ce rapport complexe et mouvant en matière d'américanité et d'américanisation? Quels sont les rapports de force qui influent sur ces aspects? Tels sont quelques éléments qui constitueront les assises de cette conférence. Caméra et montage: Mathieu Musy